Nouveau prix pour la Brasserie Val-Dieu. Sa Blanche de Liège a remporté le bronze lors d’un concours international !

Les World Beer Awards, c’est cet événement annuel qui met en compétition de nombreuses bières issues des quatre coins du globe. Du côté de nos régions, la brasserie de l’Abbaye du Val-Dieu figure bien depuis une paire d’années. Lors de l’édition 2018, les Aubelois avaient été primés à trois reprises, à savoir l’or pour la Val-Dieu Cuvée 800, le bronze pour la Val-Dieu Triple et le bronze pour la Val-Dieu de Noël, dans diverses catégories.

Depuis lors, une année s’est écoulée. D’autres projets ont vu le jour. En tête ce ceux-ci, la sortie de la Blanche de Liège en mai. Avec un certain succès, puisqu’elle a remporté la médaille de bronze dans la catégorie Belgian Style Witbier. «Nous ne nous y attendions pas du tout, et c’est une bonne surprise, admet Lionel Delbart, directeur commercial. Obtenir un prix trois mois après le lancement du produit, c’est une satisfaction

Tous les voyants semblent au vert pour que la Blanche de Liège devienne plus qu’un succès à court terme. «Elle se distingue des autres blanches car elle est plus typée, poursuit le directeur commercial. Elle a beaucoup de goût grâce aux épices comme la coriandre et le poivre. Malgré cela, elle demeure rafraîchissante et facile à boire

De là à tenter sa chance dans d’autres concours, à l’avenir? «Pourquoi pas. Si on peut en gagner d’autres, on ne va pas s’en priver

En route vers la Chine?

Outre son prix remporté, la Blanche de Liège semble faire l’unanimité parmi ceux qui la goûtent. Pour preuve, sa production se trouve en difficultés suite à une demande importante. «En Province de Liège, tout le monde la veut, souligne Lionel Delbart. Tous les feedbacks des gens qui la goûtent sont bons, et on va s’arranger pour augmenter la capacité de production

En ligne de mire, la conquête du marché belge et international. «Il y a déjà des demandes, assure-t-il. La Chine, grand consommateur de blanches, va commencer à en prendre de manière crescendo. Mais pour l’exporter, il faudra en produire plus.» Vous l’aurez compris, il s’agit d’un problème auquel chaque brasseur souhaite se voir confronté.

Recommended Posts